Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2017

Tempus Pro

Tempus Pro

RDT-Awarded-UK-MOD-Contract.jpg

 

Ce moniteur dispose d'un ensemble de caractéristiques qui semble en faire le moniteur multiparamétrique idéal pour les conditions de combat. Juste une petite remarque: En dehors les choix faits résultent de compromis. Il ne faut pas attendre de merveilles de la part de fonctionalités ajoutées comme l'échographe intégré. De même une grande partie de son intérêt est sa capacité à transmettre les données, et ceci dépend en grande partie de la bande passante dont vous disposez. Ceci étant dit c'est un grand pas en avant. Ce n'est bien sûr pas le seul appareil de ce type et la liste des concurrents est grande. L'armée anglaise vient de décider de s'en équiper. le contrat porte sur 14 million de £ 

26/03/2017

MEDEVAC Sangaris: Du médical avant tout

Évacuations médicales aériennes tactiques et stratégiques en République centrafricaine au cours de l’opération « Sangaris ». Synthèse des onze premiers mois d’opérations

Beylot V. et Al. médecine et armées, 2016, 44, 4, 087-096

-------------------------------------

Un état des lieux intéressants qui n'est pas sans rappeler l'histoire de nos anciens confrontés à l'isolement et à la dureté du climat. Les causes médicales de MEDEVAC en première ligne dont le Paludisme ?, les envenimations scorpioniques, les problèmes dentaires. Les blessures par armes de guerre apparaissent beaucoup moins fréquentes. Le contexte d'intervention: une guerre civile, les élongations et les problèmes climatiques expliquent beaucoup de chose. Une grosse différence l'emploi quasi systématique, hors Bangui, du vecteur aérien pour les medevac, vecteur ldont la mise en oeuvre a pu être optimisé par un centre de coordination dont le rôle est essentiel.

-------------------------------------

Au cours des onze premiers mois de l’opération « Sangaris », 249 évacuations médicales aériennes tactiques et 186 évacuations médicales aériennes stratégiques ont été réalisées. Nous proposons ici une présentation synthétique de ces évacuations. Dans les motifs d’évacuation, la place importante du paludisme (29 % des évacuations tactiques) est un reflet de l’épidémie à laquelle les forces françaises ont été confrontées. Les conditions de déploiement en interposition ont pu amplifier l’impact psychiatrique de cette mission (28 % des évacuations stratégiques) et participer à la réouverture du sas de fin de mission. La place des blessures de guerres (9 % des évacuations tactiques et 13 % des évacuations stratégiques) majoritairement dues à des éclats de grenades reste importante et illustre le risque inhérent à cet engagement.

MEDEVAC Sangaris 1.jpg

 

Enfin, si la chaîne de santé complète déployée au plus proche, en passant notamment par la nomadisation des équipes héliportées, a permis d’assurer un soutien médical de qualité, l’étendue de ce théâtre nous interpelle sur les délais et la catégorisation utilisée lors des évacuations tactiques.

 

| Tags : medevac

25/03/2017

Packing de plaie = Pansement hémostatique

Comparison of Celox-A, ChitoFlex, WoundStat, and combat gauze hemostatic agents versus standard gauze dressing in control of hemorrhage in a swine model of penetrating trauma.
 
 
-------------------------------
Le contenu de cet article est un peu ancien  (1, 2, 3, 4)  mais il n'est pas inutile de rappeler son contenu. L'apport des pansements hémostatiques reste incertain et ne doit pas occulter l'importance du packing de plaie avec de la gaze standard et la réalisation de pansements compressifs. C'est tout l'intérêt du pansement OLAES Modular bandage que de permettre cela.
-------------------------------

Uncontrolled hemorrhage remains one of the leading causes of trauma deaths and one of the most challenging problems facing emergency medical professionals. Several hemostatic agents have emerged as effective adjuncts in controlling extremity hemorrhage. However, a review of the current literature indicates that none of these agents have proven superior under all conditions and in all wound types. This study compared several hemostatic agents in a lethal penetrating groin wound model where the bleeding site could not be visualized.

METHODS:

A complex groin injury with a small penetrating wound, followed by transection of the femoral vessels and 45 seconds of uncontrolled hemorrhage, was created in 80 swine. The animals were then randomized to five treatment groups (16 animals each). Group 1 was Celox-A (CA), group 2 was combat gauze (CG), group 3 was Chitoflex (CF), group 4 was WoundStat (WS), and group 5 was standard gauze (SG) dressing. Each agent was applied with 5 minutes of manual pressure. Hetastarch (500 mL) was infused over 30 minutes. Hemodynamic parameters were recorded over 180 minutes. Primary endpoints were attainment of initial hemostasis and incidence of rebleeding.

RESULTS:

Overall, no difference was found among the agents with respect to initial hemostasis, rebleeding, and survival. Localizing effects among the granular agents, with and without delivery mechanisms, revealed that WS performed more poorly in initial hemostasis and survival when compared to CA.

CONCLUSIONS:

In this swine model of uncontrolled penetrating hemorrhage, SG dressing performed similarly to the hemostatic agents tested. This supports the concept that proper wound packing and pressure may be more important than the use of a hemostatic agent in small penetrating wounds with severe vascular trauma.

| Tags : pansement, packing

23/03/2017

REBOA: Une technique qui trouve sa place

Resuscitative endovascular balloon occlusion of the aorta for uncontrolled haemorrhagic shock as an adjunct to haemostatic procedures in the acute care setting

Tsurukiri J et Al. Tsurukiri et al. Scandinavian Journal of Trauma, Resuscitation and Emergency Medicine (2016) 24:13 

-------------------------------

Le principe d'occlusion artérielle n'est pas nouveau. L'occlusion endovasculaire de l'aorte trouve sa place dans la gestion des hémorragies abdominales incontrôlable. Son intérêt en traumatologie ballistique de guerre est probable (1). Cette technique a été récemment décrite en phase préhospitalière (2). Nos conditions d'exercice méritent que l'on s'intéresse à cette technique (3).

-------------------------------

 

Background:

Haemorrhagic shock is a major cause of death in the acute care setting. Since 2009, our emergency department has used intra-aortic balloon occlusion (IABO) catheters for resuscitative endovascular balloon occlusion of the aorta (REBOA).

Methods: REBOA procedures were performed by one or two trained acute care physicians in the emergency room (ER) and intensive care unit (ICU). IABO catheters were positioned using ultrasonography. Collected data included clinical characteristics, haemorrhagic severity, blood cultures, metabolic values, blood transfusions, REBOA-related complications and mortality.

Results: Subjects comprised 25 patients (trauma, n = 16; non-trauma, n = 9) with a median age of 69 years and a median shock index of 1.4. REBOA was achieved in 22 patients, but failed in three elderly trauma patients. Systolic blood pressure significantly increased after REBOA (107 vs. 71 mmHg, p < 0.01). Five trauma patients (20 %) died in ER, and mortality rates within 24 h and 60 days were 20 % and 12 %, respectively. No REBOA-related complications were encountered. The total occlusion time of REBOA was significantly lesser in survivors than that in non-survivors (52 vs. 97 min, p < 0.01). Significantly positive correlations were found between total occlusion time of REBOA and shock index (Spearman’s r = 0.6) and lactate concentration (Spearman’s r = 0.7) in survivors.

Conclusion: REBOA can be performed in ER and ICU with a high degree of technical success. Furthermore, correlations between occlusion time and initial high lactate levels and shock index may be important because prolonged occlusion is associated with a poorer outcome.

| Tags : choc, hémorragie

17/03/2017

CSAR: Expérience israélienne

Prehospital Blood Transfusion During Aeromedical Evacuation of Trauma Patients in Israel: The IDF CSAR Experience.

 Chen J et Al. Mil Med. 2017 Mar;182(S1):47-52

 ---------------------------------

L'expérience d'une unité CSAR un peut particulière, très entraînée et dépendant des Forces spéciales. La transfusion se fait sur la basse d'un njugement clinique. Il est intéressant de voir que ces équipes intubent, drainent, exsuffle autant qu'elles posent de garrots.

 ---------------------------------

BACKGROUND: Data regarding the effect of prehospital blood administration to trauma patients during short-to-moderate time evacuations is scarce. The Israel Air Force Airborne Combat Search and Rescue is the only organization that deals with aeromedical evacuation for both military and civilian casualties in Israel and the only one with the ability to give blood in the prehospital setting.

METHODS: Data on packed red blood cells (PRBCs) administration in the evacuation missions from January 2003 to June 2010 were analyzed and actual transfusion practice was compared to clinical practice guidelines (CPGs).

RESULTS: Over the studied 101 months, a total of 1,721 patients were evacuated by Combat Search and Rescue. Of these, 87 (5.1%) trauma patients were transfused with PRBC. Demographics included 83% male and 17% female with a median age of 23 years. Main mechanisms of injury included gunshot wounds (36%), motor vehicle accidents (28%), and blast injuries (24%) with an average of 2.6 injured regions per casualty. The most commonly injured body regions included lower extremities (52%), chest (45%), and abdomen (38%). Overall, 10 (11%) casualties died. Lifesaving intervention included tourniquets (27%), endotracheal intubation (24%), tube thoracostomy (24%), and needle thoracostomy (21%) times. For 98% of the patients, clinical judgment led to administration of red blood cells before indicated by the CPG. The heart rate tended to decrease during the evacuation, whereas there was no clear trend in systolic or diastolic blood pressure or shock index.

CONCLUSIONS: In our aeromedical experience, transfusion of PRBCs for trauma patients was safe, feasible, and most likely beneficial. PRBCs were administered according to the flight surgeons' clinical judgment and not in complete adherence to CPGs in most cases. Data collected from this and similar studies worldwide have led to change in CPGs with the shift from hypertensive resuscitation to hypotensive-hemostatic Remote Damage Control Resuscitation.

Tourniquet: La nouveauté de SamMedical

SAM Tourniquet XT

Un garrot, dont l'intérêt apparaît être d'une part sur sa largeur et d'autre part sur sa boucle de serrage innovante. 

lookbook-1.jpg

 Clic sur l'image pour accéder à une vidéo

| Tags : tourniquet

14/03/2017

Tourniquet: Attention

Cat on a Hot Tin Roof: Mechanical Testing of Models of Tourniquets After Environmental Exposure.
O'Conor DK et Al.  J Spec Oper Med. 2017 Spring;17(1):27-35.

------------------- 

La pose d'un garrot est essentiel à la survie d'un blessé présentant une hémorragie sévère des membres. Encore faut-il qu'il soit de bonne qualité. Les autorités sanitaires américaines insistent sur l'importance de ne se fournir qu'auprès de distributeurs connues distribuant des garrots éprouvés plutôt que de céder aux sirènes de la copie chinoise de basse qualité. En effet même ces garrots  voient leur efficacité réduite après exposition aux conditions de combat. C'est ce que met une fois de plus en évidence ce travail.

------------------- 

BACKGROUND:

The purpose of the present study was to mechanically assess models of emergency tourniquet after 18 months of environmental exposure to weather to better understand risk of component damage.

MATERIALS AND METHODS:

An experiment was designed to test tourniquet performance on a manikin thigh. Three tourniquet models were assessed: Special Operations Forces Tactical Tourniquet Wide, Ratcheting Medical Tourniquet, and Combat Application Tourniquet. Unexposed tourniquets formed a control group stored in a laboratory; exposed tourniquets were placed outdoors on a metal roof for 18 months in San Antonio, Texas. Two users, a military cadet and a scientist, made 300 assessments in total. Assessment included major damage (yes-no), effectiveness (hemorrhage control, yes-no), casualty survival (alive-dead), time to stop bleeding, pressure, and blood loss. Time, pressure, and blood loss were reported in tests with effectiveness.

RESULTS:

Exposed devices had worse results than unexposed devices for major damage (3% [4/150] versus 0% [0/150]; &rho; = .018), effectiveness (89% versus 99%; &rho; = .002), and survival of casualties (89% versus 100%; &rho; &lt; .001). In tests for effectiveness, exposed devices had worse results than unexposed devices for time to stop bleeding (29 seconds versus 26 seconds; &rho; = .01) and pressure (200mmHg versus 204mmHg; &rho; = .03, respectively), but blood loss volume did not differ significantly.

CONCLUSION:

Compared with unexposed control devices, environmentally exposed tourniquets had worse results in tests of component damage, effectiveness, and casualty survival.

| Tags : tourniquet

10/03/2017

Sauvetage au combat à la mer: Quid ?

Multi-Injury Casualty Stream Simulation in a Shipboard Combat Environment

 

-------------------------

L'attention portée à la prise en charge des blessés de guerre se porte essentiellement aux blessés lors de combat se déroulant au sol. Il ne faut pas oublier aussi ce qui se passe sur (voire sous) la surface de la mer. Ce qui est vrai à terre ne l'est probablement pas à la mer. Le trauma des membres est certainement moins prééminent. Les mécanismes ballistiques, l'environnement de prise en charge sont totalement différents aussi les réponses, c'est à dire la manière de conduire le sauvetage au combat,  le sont également. Cependant la rareté des engagements sur mer rend difficile la mise sur pied d'une conduite basée sur les faits, d'où l'intérêt des outils de simulation statistique. C'est ce que propose cet  article.

-------------------------

Accurate forecasts of casualty streams are essential for estimating personnel and materiel requirements for future naval combat engagements. The scarcity of recent naval combat data makes accurate forecasting difficult.  Furthermore, current forecasts are based on single injuries only, even though empirical evidence indicates most battle casualties suffer multiple injuries. These anticipated single-injury casualty streams underestimate the needed medical resources.  This article describes a method of simulating realistic multi-injury casualty streams in a maritime environment by combining available shipboard data with ground combat blast data.  The simulations, based on the Military Combat Injury Scale, are expected to provide a better tool for medical logistics planning.

 

Trauma Category AIREX(%) UNDEX(%)
     
Amputations (a) 3.00 3.00
Asphyxiations 1.34 3.50
Burns 25.30 15.09
Concussions/Internal Organs 2.85 9.29
Contusions/Abrasions 7.06 16.28
Fractures 6.70 11.52
Miscellaneous 4.96 12.08
Nonfatal Immersions 2.00 2.00
Penetrating Wounds 44.88 20.49
Sprains/Strains/Dislocations 1.91 6.75
Total 100.00 100.00
AIREX, attacks above the waterline; UNDEX, attacks at or below the waterline.
(a) Amputations and nonfatal immersions are subject matter expertadjusted values

| Tags : naval

09/03/2017

Aiguille Intraosseuse: Pour trépaner ?

Temporising extradural haematoma by craniostomy using an intraosseous needle.

 

---------------------------

Le contrôle de  l'hypertension intracrânienne fait souvent appel à l'évacuation chirurgical des hématomes intra-crâniens, notamment les hématomes extra-duraux. Il peut être nécessaire avant création d'un volet osseux de mettre en oeuvre des interventions comme la trépanation. Ce geste est un des plus anciens de la chirurgie. On rapporte son emploi au néolithique. La soustraction d'un faible volume de sang peut en effet réduire de manière très importante la pression intracrânienne, améliorant du coup la perfusion intracérébrale (rfe Prise en charge des TC). Un simple fraise boule permet ce geste qui peut être fait manuellement ou avec un moteur. Cet article rapporte l'emploi d'un kit de perfusion intra-osseuse pour réaliser une telle évacuation partielle. Petite précision: Ceci est fait après un TDM. En environnement extrême pourquoi pas , mais avec une fraise boule plutôt?

---------------------------

We report a novel application of intraosseous needle drainage, alleviating raised intracranial pressure due to extradural haematoma. The potential application of this technique in preventing secondary brain injury and herniation during transfer to a neurosurgical unit is discussed.

1-s2.0-S0020138317300827-gr2.sml

 

| Tags : intraosseux

Intraosseux: Oui, INTRA

Deltoid Compartment Syndrome: A Rare Complication after Humeral Intraosseous Access

Thadikonda KM et Al.  Plast Reconstr Surg Glob Open. 2017 Jan; 5(1): e1208.
 
--------------------------------
La voie intraosseuse est un alternative majeure à la voie intraveineuse. Sa mise en oeuvre fait appel à certaines spécificités. Il est fondamental que l'aiguille soit bien en intraosseux, ce qui n'est pas toujours simple. Un test d'aspiration, la surveillance du site clinique et pour certains échographique  sont requis. L'observation présentée rapporte une complication lors d'un accès huméral. 
--------------------------------
 
 
We present a case of a 65-year-old woman who developed a delayed deltoid compartment syndrome after resuscitation via humeral intraosseous access.

gox-5-e1208-g001.jpgInitially she was treated conservatively but then was taken emergently for a fasciotomy. After confirming the diagnosis with compartment pressures, a 2-incision approach was employed and a large hematoma was evacuated from the inferior margin of the anterior deltoid. The rest of the deltoid was inspected and debrided to healthy bleeding tissue. Her fasciotomy wounds were left open to heal on their own due to her tenuous clinical condition. At most recent follow-up, she had full range of motion in her shoulder and no residual pain. Our unique case study is the first documented incidence of upper extremity compartment syndrome after intraosseous access. Additionally, our case supports using humeral access only as a second-line option if lower extremity access is not available and prolonged vigilant monitoring after discontinuing intraosseous access to prevent disastrous late complications.

| Tags : intraosseux

08/03/2017

TCCC Mise à jour 2017

 

 

 

TCCC Guidelines for Medical Personnel 170131.pdf

 

| Tags : tccc

06/03/2017

PTSD: Les soignants aussi

PTSD in those who care for the injured

Luftman K. et Al. Injury, Int. J. Care Injured 48 (2017) 293–296

-------------------------------------

PTSD, les soignants aussi. Cela peut paraître évident mais ce qui interpelle, c'est l'importance du phénomène.

---------------------------------------

Background: Post Traumatic Stress Disorder (PTSD) has become a focus for the care of trauma victims, but the incidence of PTSD in those who care for injured patients has not been well studied. Our hypothesis was that a significant proportion of health care providers involved with trauma care are at risk of developing PTSD.

Methods: A system-wide survey was applied using a modified version of the Primary Care PTSD Screen [PC-PTSD], a validated PTSD screening tool currently being used by the VA to screen veterans for PTSD. Pre-hospital and in-hospital care providers including paramedics, nurses, trauma surgeons, emergency medicine physicians, and residents were invited to participate in the survey. The survey questionnaire was anonymously and voluntarily performed online using the Qualtrix system. Providers screened positive if they affirmatively answered any three or more of the four screening questions and negative if they answered less than three questions with a positive answer. Respondents were grouped by age, gender, region, and profession.

Results: 546 providers answered all of the survey questions. The screening was positive in 180 (33%) and negative in 366 (67%) of the responders. There were no differences observed in screen positivity for gender, region, or age. Pre-hospital providers were significantly more likely to screen positive for PTSD compared to the in-hospital providers (42% vs. 21%, P < 0.001). Only 55% of respondents had ever received any information or education about PTSD and only 13% of respondents ever sought treatment for PTSD.

Conclusion: The results of this survey are alarming, with high proportions of healthcare workers at risk for PTSD across all professional groups. PTSD is a vastly underreported entity in those who care for the injured and could potentially represent a major problem for both pre-hospital and in-hospital providers. A larger, national study is warranted to verify these regional results

| Tags : ptsd

Réduire une épaule luxée: Le choix !

A systematic and technical guide on how to reduce a shoulder dislocation

Alkaduhimi, et Al. Turk J Emerg Med. 2016 Dec; 16(4): 155–168. 

Objectives

Our objective is to provide a systematic and technical guide on how to reduce a shoulder dislocation, based on techniques that have been described in literature for patients with anterior and posterior shoulder instability.

Materials and methods

A PubMed and EMBASE query was performed, screening all relevant literature on the closed reduction techniques. Studies regarding open reduction techniques and studies with fracture dislocations were excluded.

Results

In this study we give an overview of 23 different techniques for closed reduction and 17 modifications of these techniques.

Discussion

In this review article we present a complete overview of the techniques, that have been described in the literature for closed reduction for shoulder dislocations. This manuscript can be regarded as a clinical guide how to perform a closed reduction maneuver, including several technical tips and tricks to optimize the success rate and to avoid complications.

Conclusion

There are 23 different reduction techniques with 17 modifications of these techniques. Knowledge of the different techniques is highly important for a good reduction.

Trauma center: Niveau 1 ou 2 ?

Patient Outcomes at Urban and Suburban Level I Versus Level II Trauma Centers.

 -------------------------

Il est admis que la prise en charge des traumatisés dans des structures optimisées comme les trauma center de niveau 1 améliore la survie. Il semblerait que ceci mérite encore d'être encore discuté tout particulièrement en zone urbaine ou sub-urbaine et quand les équipes chirurgicales des TC de niveau 2 ont reçu une formation adaptée. Bien équipé ne signifie pas performance, les auteurs mettent en avant la qualité des équipes opérant dans le centre avant la disponibilité d'équipement spécialisé ne correspondant pas forcément aux besoins quotidiens. 

-------------------------

STUDY OBJECTIVE:

Regionalized systems of trauma care and level verification are promulgated by the American College of Surgeons. Whether patient outcomes differ between the 2 highest verifications, Levels I and II, is unknown. In contrast to Level IIcenters, Level I centers are required to care for a minimum number of severely injured patients, have immediate availability of subspecialty services and equipment, and demonstrate research, substance abuse screening, and injury prevention. We compare risk-adjusted mortality outcomes at Levels I and II centers.

METHODS:

This was an analysis of data from the 2012 to 2014 Los Angeles County Trauma and Emergency Medical Information System. The system includes 14 trauma centers: 5 Level I and 9 Level II centers. Patients meeting criteria for transport to a trauma center are routed to the closest center, regardless of verification level. All adult patients (≥15 years) treated at any of the traumacenters were included. Outcomes of patients treated at Level I versus Level II centers were compared with 2 validated risk-adjusted models: Trauma Score-Injury Severity Score (TRISS) and the Haider model.

RESULTS:

Adult subjects (33,890) were treated at a Level I center; 29,724, at a Level II center. We found lower overall mortality at Level II centers compared with Level I, using TRISS (odds ratio 0.68; 95% confidence interval 0.59 to 0.78) and Haider (odds ratio 0.84; 95% confidence interval 0.73 to 0.97).

CONCLUSION:

In this cohort of patients treated at urban and suburban trauma centers, treatment at a Level II trauma center was associated with overall risk-adjusted reduced mortality relative to that at a Level I center. In the subset of penetrating trauma, no differences in mortality were found. Further study is warranted to determine optimal trauma system configuration and allocation of resources.

05/03/2017

Prolonged field care: Un retex

Prolonged Field Care (PFC): Lessons Learned

Keenan S et Al. 

 

Un document à lire avec intérêt

picture1.png

Clic sur l'image pour accéder au document

 

Pierre Gauthier-Lafaye

Pierre Gauthier-Lafaye

Pierre Diemunsch ,André Muller  

http://dx.doi.org/10.1016/j.anrea.2017.01.004

1-s2.0-S2352580017300047-fx1.jpg

 

Le professeur Pierre Gauthier-Lafaye aimait dire qu’il était gascon. Plus encore qu’aux lieux, c’est à sa famille périgourdine qu’il était profondément attaché et ces liens très solides tissés à la faveur d’une enfance heureuse ont certainement contribué à forger chez l’homme un caractère simple, direct et loyal.

En 1941, il fut admis au concours de l’école du service de santé militaire, l’ESSM de Lyon qui se trouvait encore en zone libre. Il devint Santar et Lyon fut très vite occupé.

À la fin de sa troisième année de médecine, Pierre Gauthier-Lafaye rejoignit la Croix Rouge et le train Cipeg, un autorail aménagé en unité opératoire envoyé vers les villes bombardées pour participer à la prise en charge des blessés. Cette organisation qui visait à amener l’hôpital vers le patient plutôt que le patient dans l’hôpital préfigurait l’organisation des secours en Alsace par le professeur Gauthier-Lafaye qui y fonda le Samu de nombreuses années plus tard.

Au décours d’une mission sanitaire ferroviaire, il fut blessé et à la faveur de son hospitalisation rejoignit le maquis de Verpillières. Après la libération, un corps expéditionnaire pour l’Extrême-Orient demandait des volontaires. Pierre Gauthier-Lafaye signa et embarqua pour Saïgon.

Il rencontra une jeune femme officier également volontaire pour l’Indochine, la lieutenant Doris Leigh qui deviendra sa femme et lui donnera six garçons.

Le mariage eut lieu le 11 décembre 1945 à Saigon et deux jours plus tard, il fut retransféré à l’école du service de santé militaire de Lyon pour y achever ses études.

En 1947, Pierre Gauthier-Lafaye devint docteur et médecin lieutenant.

Il s’inscrit au diplôme d’anesthésiste qui venait d’être créé à Paris, poursuivit sa formation à l’hôpital Tenon et fut le premier médecin militaire à embrasser cette spécialité.

En 1951, il obtint une bourse Fulbright pour passer un an au Massachusetts General Hospital de Boston dépendant de l’université de Harvard, dans le service du professeur Beecher. Un alsacien avait suivi le même parcours. Il s’agissait de René Kieny, que Pierre Gauthier-Lafaye retrouvera quelques années plus tard à Strasbourg.

Cette année à Boston fut l’élément fondateur de la carrière d’anesthésiste de Pierre Gauthier-Lafaye. Dans cette équipe œuvraient, soit de façon permanente ou temporaire, les meilleurs médecins et les têtes pensantes de la spécialité, venues du monde entier. Il fut ainsi donné à Pierre Gauthier-Lafaye d’échanger directement avec Nicolas Green qui avait établi les fondements de la rachianesthésie moderne, mais également avec des chirurgiens extraordinaires parmi lequel Crawford qui devint plus tard patron au Baylor College of Medicine et Michael E. DeBakey.

Pierre Gauthier-Lafaye développa à la faveur de ce séjour nord-américain un carnet d’adresses d’une puissante efficacité. Généreux et altruiste, il en fit tout au long de sa carrière profiter ses élèves en leur offrant des points de chute à l’étranger, où l’accueil était à la mesure de l’excellent souvenir qu’il laissa derrière lui.

Trente ans plus tard, au cours des anesthésies que je donnais à un patient du professeur Crawford à Houston, ce dernier apprenant que je venais de France me parla immédiatement de Gauthier-Lafaye, de son acharnement au travail, mais aussi du bal masqué des Fellows du Massachusetts General Hospital auquel Pierre Gauthier-Lafaye était venu en grand costume de la French Foreign Legion qui laissa à tous une impression mémorable.

De retour en France, Pierre Gauthier-Lafaye fut affecté à l’hôpital Marie-Lannelongue. Il devint secrétaire général puis président de la Société savante d’anesthésie d’alors. En collaboration avec le professeur Monod, il publia son premier ouvrage consacré à l’anesthésie en chirurgie thoracique en 1955.

L’armée dépêcha le capitaine Gauthier-Lafaye au sein des forces françaises en Allemagne, à Baden-Baden pour créer les services d’anesthésie des huit hôpitaux des FFA, c’est-à-dire Baden-Baden à Landau, Tübingen, Donaueschingen, Trèves, Coblence, Fribourg et Berlin.

Au bout de quelques mois, il rentre en contact avec le professeur Fontaine de Strasbourg qui était l’élève de Leriche. Doyen de la faculté de médecine, et lui demanda de venir à Strasbourg pour y organiser l’anesthésie et le chargea de cours dans cette spécialité.

Le site de Baden-Baden fut transféré à Buhl où un tout nouvel hôpital de 250 lits fut créé. Pierre Gauthier-Lafaye participa à sa conception qui fut dès 1957 doté d’un héliport, ce qui était tout à fait exceptionnel à l’époque. De la même manière le service d’anesthésie fut le plus avancé de France avec des salles d’induction, la première salle de réveil et un service de soins intensifs intégré dans le service d’anesthésie. À cette époque, avec René Kieny, il participa, pour la partie anesthésie expérimentale, au projet strasbourgeois d’un oxygénateur extracorporel.

Ses remarquables qualités d’organisateur le firent nommer en tant qu’officier de liaison du service de santé auprès de l’état-major en Allemagne. Cette position lui permit de connaître en profondeur les problèmes logistiques de l’afflux de blessés en grand nombre, expérience très utilement mise à profit lors de la création du Samu de Strasbourg.

En 1958, le professeur Fontaine, lui transmet une demande du doyen de la faculté de médecine de Recife au Brésil qui sollicitait de la France le détachement d’un médecin anesthésiste-réanimateur pour créer un institut d’anesthésie. Le 1er octobre 1958 il quitta simultanément la France pour le Brésil et l’administration militaire pour celle des affaires étrangères. Nommé professeur à la faculté de Recife.

La création de l’institut d’anesthésie de l’université de Recife prit 3 ans et demi, au bout desquels la ville se trouva dotée d’un service d’anesthésie efficace et d’une équipe universitaire solide. Indépendamment de ce véritable coup de maître technique et scientifique, ce fut pour le professeur Gauthier-Lafaye, une formidable expérience humaine. Une fois de plus, il avait démontré sa capacité d’adaptation, d’exceptionnelles aptitudes à saisir les opportunités de la vie et beaucoup d’altruisme. Là où des esprits moins ouverts s’interdisent toute prise de risque, il avait montré toute l’efficacité et toute l’intelligence, toute la créativité de son engagement. Il réitèrera cette démonstration lors de son retour en France.

À son retour du Brésil, le médecin commandant Pierre Gauthier-Lafaye est affecté à l’hôpital Bégin. Il prend une disponibilité qui lui servira à préparer l’agrégation qu’il obtint en 1965, et vient s’installer à Strasbourg pour créer le département d’anesthésie.

Les débuts ne furent pas flamboyants puisque son premier bureau fut tout simplement sa voiture garée sur le parking de la Chir A, avant que le professeur Kieny, ne lui prête un local dans les caves de ce bâtiment où il avait lui-même un petit bureau.

Très vite, le docteur Otteni, chef de clinique, qui avait obtenu une formation parisienne en anesthésie, devint son bras droit. Le département comportait initialement trois médecins, le professeur Gauthier-Lafaye, le docteur Otteni et le docteur Muhlmann-Weil. Un lustre important fut apporté à la spécialité lorsque le docteur Haberer et le docteur Dupeyron, respectivement major et vice-major de l’internat, vinrent rejoindre le département.

En 1970, Strasbourg obtint une chaire d’anesthésiologie, la quatrième de France après Montpellier, Paris et Toulouse. Très vite, de nombreuses inscriptions au certificat d’étude spéciale furent enregistrées ainsi que la venue de spécialistes déjà confirmés de l’école de Recife pour lesquels le professeur Gauthier-Lafaye avait obtenu des postes d’assistants étrangers.

Les étapes marquantes suivantes furent :

en 1968 la création de l’école d’infirmiers anesthésistes diplômés d’État dont les diplômés ont essaimé dans toute la France ;

en 1971 par la création du Samu, et la mise en fonction d’un hélicoptère médicalisé au service de la population d’Alsace-Lorraine et des régions frontalières allemandes ;

en 1975, le docteur André Muller, le docteur Benoît Laugner et le docteur Farcot purent fonder la clinique de la douleur de Strasbourg. Cette unité du département d’anesthésie-réanimation connut un succès très important et André Muller fut nommé professeur de thérapeutique.

 

L’importante activité de publications scientifiques nécessita l’ouverture d’un atelier d’illustrations médicales dirigé par le docteur Julie Farny. Indépendamment de la production des planches anatomiques d’une qualité exceptionnelle, destinées au Traité d’Anesthésie Loco-Régionale du professeur Gauthier-Lafaye, le docteur Farny développa également le secteur de l’anesthésie expérimentale et de l’anesthésie vétérinaire. Quant au Traité d’Anesthésie Loco-Régionale, il fut traduit dans de nombreuses langues et demeure un ouvrage de référence en la matière, qui existe dans toutes les bibliothèques d’anesthésie francophones.

 

Le professeur Gauthier-Lafaye porta une attention particulière à maintenir les collaborations internationales avec les meilleures équipes. En particulier, celle de l’universitaire de Montréal, puis celle du professeur Alex Straja et du professeur Dean Morrow de Houston au Texas et du professeur Michael Finster de New York.

De nombreux strasbourgeois eurent ainsi l’opportunité de passer une année outre-atlantique pour optimiser leur formation et acquérir en plus du socle de l’enseignement français cette touche américaine de rigueur et d’ouverture dans le travail.

Parmi cette dizaine de chanceux, le docteur Thierry Pottecher passa une année à Montréal, année durant laquelle sa femme donna naissance à leur fils Julien devenu aujourd’hui notre collègue, le professeur Pottecher.

Le docteur Catherine Lehmann, qui exerce avec le bonheur que l’on connaît l’anesthésie en chirurgie hépatique, a suivi la même voie.

Les échanges s’orientèrent ensuite vers le Baylor College of Medicine de Houston au Texas où je fus le premier à passer une année dans le service du professeur DeBakey.

L’enseignement de l’anesthésie qu’il mit en place à Strasbourg par le professeur Gauthier-Lafaye, directement inspiré de celui de Boston, impliquait un contrôle trimestriel des acquis et bien avant l’heure, des réunions dites de complications préfigurant les actuelles RMM. Il instaura l’édition et la mise à jour constante des conduites à tenir qui donnèrent en 1989 un précis d’anesthésie. Aux 14 livres qu’il édita, il rajouta une autobiographie dont je viens de vous livrer quelques bribes.

L’exemple d’un tel homme ne pouvait manquer de susciter l’admiration et des vocations. Parmi les nombreux professeurs d’anesthésie issus de l’école de Strasbourg, j’aimerai citer en particulier Jean-Pierre Haberer, Mme Krivosic-Horber, Pierre Schoeffler, Jean-Pierre Dupeyron, Thierry Pottecher, Jean-Claude Otteni, André Muller, Annick Steib.

En 1982, le professeur Gauthier-Lafaye prit sa retraite. Il rejoignit Biarritz où il fut adjoint délégué au maire. Après cette période il se retira à Bayonne et nous quitta le 10 mars 2016 dans sa 95e année.

Sa perte nous prive d’un homme, au trajet fascinant et nous laisse le très exigent modèle d’un grand patron qui sut créer de toutes pièces et à de nombreuses reprises, des structures efficaces pour les patients et épanouissantes pour ses collaborateurs.

Nous garderons pour sa bienveillance et son humanité une reconnaissance indéfectible