Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2012

Le triangle de sécurité pour la thoracostomie

Chest drain insertion is not a harmless procedure – are we doing it safely ?

Elsayed H. et All. Interactive CardioVascular and Thoracic Surgery 11 (2010) 745–749

Près de la moitié des drains thoraciques ne sont pas posés au bon endroit

thorax,drainage thorax

thorax,drainage thorax 

On rappelle la notion de triangle de sécurité (Le BTS Guideline)

TriangleSecurité.JPG

http://www.surgeryjournal.co.uk/article/S0263-9319%2811%2...

La réalisation d'une thoracostomie au doigt et l'insertion d'un drain doit se faire de manière sécuritaire.

Le choix de la voie axillaire est certainement à privilégier.

Oxygène chimique: Le dispositif O2Pack

Un autre dispositif, certainement en devenir.

| Tags : oxygène

23/01/2012

Prise en charge des gelures

http://www.ramcjournal.com/2011/mar11/grieve.pdf

21/01/2012

Un médecin dans un hélico: Pour quoi faire ?

Doctor on board? What is the optimal skill-mix in military pre-hospital care ?
 Calderbank P et all.
Emerg Med J. 2011 Oct;28(10):882-3

Nos amis anglais mettent depuis peu en oeuvre le concept MERT-E. Il s'agit en pratique d'une médicalisation d'une evasan héliportée dans un hélicoptère chinook avec un médecin anestéhsiste ou urgentiste, une infirmière et un auxilaire sanitaire et éventuellement un groupe de protection. Ce document rapprote qu'un médecin est présent dans 88% des cas. Cependant ils estiment que cette présence n'a pas eu d'intérêt particulier dans 77% des cas. Le geste le plus souvent réalisé est une intubation en séquence rapide (45% des gestes). Cependant cette présence est estimée avoir un impact majeur les capacités de décision en matière de triage, de leadership et de confiance des troupes en leur service de santé

Réanoxyo

http://www.carum.org/html/numeros.php

Quelles avancées majeures depuis 1831 ?

1831

Une analyse intéressante sur la modernité apparente de nos prises en charge

SCtechnologie.JPG

http://www.cs.amedd.army.mil/AMEDDJournal/2011AprJun.pdf

20/01/2012

Oxygénation: Mesure en condition de combat ?

NearSpectro.JPG

Near-infrared spectroscopy-derived tissue oxygen saturation in
battlefield injuries: a case series report
Beilman
GJ e all

La restauration de la perfusion tissulaire optimale est l'un des objectifs de la prise en charge d'un polytraumatisé. Mais comment ? La spectrophotométrie infra-rouge pourrait être une technologie utilisable. C'est du moins ce que laisse supposer ce travail réalisé dans un hôpital de campagne. Les industriels mettent maintenant à disposition des outils portables utilisables en préhospitalier, un point déjà abordé ici.

17/01/2012

Drainage de la plèvre: Techniques et pièges

Lisez donc ce document. Une synthèse du drainage pleural à l'hôpital. Révisez les repères

http://www.srlf.org/rc/org/srlf/htm/Article/2011/4ce9bc02...

 

06/01/2012

Le TCCC: Qui fait quoi ?

Analysis of life-Saving interventions performed by out-of-hospital combat medical personnel

Gerhardt G et All. J Trauma. 2011;71: S109–S113

Un article qui interpelle quand à la réalité de la réalisation de gestes de survie tels que décrits dans le TCCC. Le document d'origine rapporte les conditions dans lesquelles 61 mesures de mise en condition de survies sont réalisées chez 318 blessés dans un contexte de combat urbain en irak. 

Dans ce document on peut lire que 3 circonstances sont en relation avec le décès: le retard à l'évacuation, le retard à la réalisation d'une thoracostomie de décompression et le retard au contrôle des VAS et de la mise en route d'une ventilation. Ceci s'explique probablement par la relative fréquence des blessés thoraciques: 8% sont des blessés thoraciques porteurs de lésions non compressibles ou garrotables

L'hypotension contrôlée et la décompression des thorax apparaissent comme les mesures de survie les plus fréquentes. Ceci s'explique probablement par le type de combats conduits en zone urbaine à une époque où les IED étaient moins fréquents.

LSI2.JPG

Surtout, les procédures avancées de sauvetage sont réalisées au poste de secours et dans leur grande majorité elles le sont par des médecins alors que dans le concept généralement admis ces gestes sont réalisés par des combat medics.

Ceci laisse à penser que cette catégorie de personnel ne met pas en oeuvre ces mesures malgré une formation en théorie adaptée alors même que la réalisation précoce de ces gestes est la base du Damage Control Resuscitation.

LSI.JPG

 

Passer par le côté, c'est mieux

J Trauma. 2011 Nov;71(5):1099-103; discussion 1103.

Optimal positioning for emergent needle thoracostomy: a cadaver-based study.

Source

Division of Trauma and Surgical Critical Care, University of Southern California, Los Angeles, California 90033-4525, USA. kinaba@surgery.usc.edu

Abstract

BACKGROUND:

Needle thoracostomy is an emergent procedure designed to relieve tension pneumothorax. High failure rates because of the needle not penetrating into the thoracic cavity have been reported. Advanced Trauma Life Support guidelines recommend placement in the second intercostal space, midclavicular line using a 5-cm needle. The purpose of this study was to evaluate placement in the fifth intercostal space, midaxillary line, where tube thoracostomy is routinely performed. We hypothesized that this would result in a higher successful placement rate.

METHODS:

Twenty randomly selected unpreserved adult cadavers were evaluated. A standard 14-gauge 5-cm needle was placed in both the fifth intercostal space at the midaxillary line and the traditional second intercostal space at the midclavicular line in both the right and left chest walls. The needles were secured and thoracotomy was then performed to assess penetration into the pleural cavity. The right and left sides were analyzed separately acting as their own controls for a total of 80 needles inserted into 20 cadavers. The thickness of the chest wall at the site of penetration was then measured for each entry position.

RESULTS:

A total of 14 male and 6 female cadavers were studied. Overall, 100% (40 of 40) of needles placed in the fifth intercostal space and 57.5% (23 of 40) of the needles placed in the second intercostal space entered the chest cavity (p < 0.001); right chest: 100% versus 60.0% (p = 0.003) and left chest: 100% versus 55.0% (p = 0.001). Overall, the thickness of the chest wall was 3.5 cm ± 0.9 cm at the fifth intercostal space and 4.5 cm ± 1.1 cm at the second intercostal space (p < 0.001). Both right and left chest wall thicknesses were similar (right, 3.6 cm ± 1.0 cm vs. 4.5 cm ± 1.1 cm, p = 0.007; left, 3.5 ± 0.9 cm vs. 4.4 cm ± 1.1 cm, p = 0.008).

CONCLUSIONS:

In a cadaveric model, needle thoracostomy was successfully placed in 100% of attempts at the fifth intercostal space but in only 58% at the traditional second intercostal position. On average, the chest wall was 1 cm thinner at this position and may improve successful needle placement. Live patient validation of these results is warranted.