Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2017

Pierre Gauthier-Lafaye

Pierre Gauthier-Lafaye

Pierre Diemunsch ,André Muller  

http://dx.doi.org/10.1016/j.anrea.2017.01.004

1-s2.0-S2352580017300047-fx1.jpg

 

Le professeur Pierre Gauthier-Lafaye aimait dire qu’il était gascon. Plus encore qu’aux lieux, c’est à sa famille périgourdine qu’il était profondément attaché et ces liens très solides tissés à la faveur d’une enfance heureuse ont certainement contribué à forger chez l’homme un caractère simple, direct et loyal.

En 1941, il fut admis au concours de l’école du service de santé militaire, l’ESSM de Lyon qui se trouvait encore en zone libre. Il devint Santar et Lyon fut très vite occupé.

À la fin de sa troisième année de médecine, Pierre Gauthier-Lafaye rejoignit la Croix Rouge et le train Cipeg, un autorail aménagé en unité opératoire envoyé vers les villes bombardées pour participer à la prise en charge des blessés. Cette organisation qui visait à amener l’hôpital vers le patient plutôt que le patient dans l’hôpital préfigurait l’organisation des secours en Alsace par le professeur Gauthier-Lafaye qui y fonda le Samu de nombreuses années plus tard.

Au décours d’une mission sanitaire ferroviaire, il fut blessé et à la faveur de son hospitalisation rejoignit le maquis de Verpillières. Après la libération, un corps expéditionnaire pour l’Extrême-Orient demandait des volontaires. Pierre Gauthier-Lafaye signa et embarqua pour Saïgon.

Il rencontra une jeune femme officier également volontaire pour l’Indochine, la lieutenant Doris Leigh qui deviendra sa femme et lui donnera six garçons.

Le mariage eut lieu le 11 décembre 1945 à Saigon et deux jours plus tard, il fut retransféré à l’école du service de santé militaire de Lyon pour y achever ses études.

En 1947, Pierre Gauthier-Lafaye devint docteur et médecin lieutenant.

Il s’inscrit au diplôme d’anesthésiste qui venait d’être créé à Paris, poursuivit sa formation à l’hôpital Tenon et fut le premier médecin militaire à embrasser cette spécialité.

En 1951, il obtint une bourse Fulbright pour passer un an au Massachusetts General Hospital de Boston dépendant de l’université de Harvard, dans le service du professeur Beecher. Un alsacien avait suivi le même parcours. Il s’agissait de René Kieny, que Pierre Gauthier-Lafaye retrouvera quelques années plus tard à Strasbourg.

Cette année à Boston fut l’élément fondateur de la carrière d’anesthésiste de Pierre Gauthier-Lafaye. Dans cette équipe œuvraient, soit de façon permanente ou temporaire, les meilleurs médecins et les têtes pensantes de la spécialité, venues du monde entier. Il fut ainsi donné à Pierre Gauthier-Lafaye d’échanger directement avec Nicolas Green qui avait établi les fondements de la rachianesthésie moderne, mais également avec des chirurgiens extraordinaires parmi lequel Crawford qui devint plus tard patron au Baylor College of Medicine et Michael E. DeBakey.

Pierre Gauthier-Lafaye développa à la faveur de ce séjour nord-américain un carnet d’adresses d’une puissante efficacité. Généreux et altruiste, il en fit tout au long de sa carrière profiter ses élèves en leur offrant des points de chute à l’étranger, où l’accueil était à la mesure de l’excellent souvenir qu’il laissa derrière lui.

Trente ans plus tard, au cours des anesthésies que je donnais à un patient du professeur Crawford à Houston, ce dernier apprenant que je venais de France me parla immédiatement de Gauthier-Lafaye, de son acharnement au travail, mais aussi du bal masqué des Fellows du Massachusetts General Hospital auquel Pierre Gauthier-Lafaye était venu en grand costume de la French Foreign Legion qui laissa à tous une impression mémorable.

De retour en France, Pierre Gauthier-Lafaye fut affecté à l’hôpital Marie-Lannelongue. Il devint secrétaire général puis président de la Société savante d’anesthésie d’alors. En collaboration avec le professeur Monod, il publia son premier ouvrage consacré à l’anesthésie en chirurgie thoracique en 1955.

L’armée dépêcha le capitaine Gauthier-Lafaye au sein des forces françaises en Allemagne, à Baden-Baden pour créer les services d’anesthésie des huit hôpitaux des FFA, c’est-à-dire Baden-Baden à Landau, Tübingen, Donaueschingen, Trèves, Coblence, Fribourg et Berlin.

Au bout de quelques mois, il rentre en contact avec le professeur Fontaine de Strasbourg qui était l’élève de Leriche. Doyen de la faculté de médecine, et lui demanda de venir à Strasbourg pour y organiser l’anesthésie et le chargea de cours dans cette spécialité.

Le site de Baden-Baden fut transféré à Buhl où un tout nouvel hôpital de 250 lits fut créé. Pierre Gauthier-Lafaye participa à sa conception qui fut dès 1957 doté d’un héliport, ce qui était tout à fait exceptionnel à l’époque. De la même manière le service d’anesthésie fut le plus avancé de France avec des salles d’induction, la première salle de réveil et un service de soins intensifs intégré dans le service d’anesthésie. À cette époque, avec René Kieny, il participa, pour la partie anesthésie expérimentale, au projet strasbourgeois d’un oxygénateur extracorporel.

Ses remarquables qualités d’organisateur le firent nommer en tant qu’officier de liaison du service de santé auprès de l’état-major en Allemagne. Cette position lui permit de connaître en profondeur les problèmes logistiques de l’afflux de blessés en grand nombre, expérience très utilement mise à profit lors de la création du Samu de Strasbourg.

En 1958, le professeur Fontaine, lui transmet une demande du doyen de la faculté de médecine de Recife au Brésil qui sollicitait de la France le détachement d’un médecin anesthésiste-réanimateur pour créer un institut d’anesthésie. Le 1er octobre 1958 il quitta simultanément la France pour le Brésil et l’administration militaire pour celle des affaires étrangères. Nommé professeur à la faculté de Recife.

La création de l’institut d’anesthésie de l’université de Recife prit 3 ans et demi, au bout desquels la ville se trouva dotée d’un service d’anesthésie efficace et d’une équipe universitaire solide. Indépendamment de ce véritable coup de maître technique et scientifique, ce fut pour le professeur Gauthier-Lafaye, une formidable expérience humaine. Une fois de plus, il avait démontré sa capacité d’adaptation, d’exceptionnelles aptitudes à saisir les opportunités de la vie et beaucoup d’altruisme. Là où des esprits moins ouverts s’interdisent toute prise de risque, il avait montré toute l’efficacité et toute l’intelligence, toute la créativité de son engagement. Il réitèrera cette démonstration lors de son retour en France.

À son retour du Brésil, le médecin commandant Pierre Gauthier-Lafaye est affecté à l’hôpital Bégin. Il prend une disponibilité qui lui servira à préparer l’agrégation qu’il obtint en 1965, et vient s’installer à Strasbourg pour créer le département d’anesthésie.

Les débuts ne furent pas flamboyants puisque son premier bureau fut tout simplement sa voiture garée sur le parking de la Chir A, avant que le professeur Kieny, ne lui prête un local dans les caves de ce bâtiment où il avait lui-même un petit bureau.

Très vite, le docteur Otteni, chef de clinique, qui avait obtenu une formation parisienne en anesthésie, devint son bras droit. Le département comportait initialement trois médecins, le professeur Gauthier-Lafaye, le docteur Otteni et le docteur Muhlmann-Weil. Un lustre important fut apporté à la spécialité lorsque le docteur Haberer et le docteur Dupeyron, respectivement major et vice-major de l’internat, vinrent rejoindre le département.

En 1970, Strasbourg obtint une chaire d’anesthésiologie, la quatrième de France après Montpellier, Paris et Toulouse. Très vite, de nombreuses inscriptions au certificat d’étude spéciale furent enregistrées ainsi que la venue de spécialistes déjà confirmés de l’école de Recife pour lesquels le professeur Gauthier-Lafaye avait obtenu des postes d’assistants étrangers.

Les étapes marquantes suivantes furent :

en 1968 la création de l’école d’infirmiers anesthésistes diplômés d’État dont les diplômés ont essaimé dans toute la France ;

en 1971 par la création du Samu, et la mise en fonction d’un hélicoptère médicalisé au service de la population d’Alsace-Lorraine et des régions frontalières allemandes ;

en 1975, le docteur André Muller, le docteur Benoît Laugner et le docteur Farcot purent fonder la clinique de la douleur de Strasbourg. Cette unité du département d’anesthésie-réanimation connut un succès très important et André Muller fut nommé professeur de thérapeutique.

 

L’importante activité de publications scientifiques nécessita l’ouverture d’un atelier d’illustrations médicales dirigé par le docteur Julie Farny. Indépendamment de la production des planches anatomiques d’une qualité exceptionnelle, destinées au Traité d’Anesthésie Loco-Régionale du professeur Gauthier-Lafaye, le docteur Farny développa également le secteur de l’anesthésie expérimentale et de l’anesthésie vétérinaire. Quant au Traité d’Anesthésie Loco-Régionale, il fut traduit dans de nombreuses langues et demeure un ouvrage de référence en la matière, qui existe dans toutes les bibliothèques d’anesthésie francophones.

 

Le professeur Gauthier-Lafaye porta une attention particulière à maintenir les collaborations internationales avec les meilleures équipes. En particulier, celle de l’universitaire de Montréal, puis celle du professeur Alex Straja et du professeur Dean Morrow de Houston au Texas et du professeur Michael Finster de New York.

De nombreux strasbourgeois eurent ainsi l’opportunité de passer une année outre-atlantique pour optimiser leur formation et acquérir en plus du socle de l’enseignement français cette touche américaine de rigueur et d’ouverture dans le travail.

Parmi cette dizaine de chanceux, le docteur Thierry Pottecher passa une année à Montréal, année durant laquelle sa femme donna naissance à leur fils Julien devenu aujourd’hui notre collègue, le professeur Pottecher.

Le docteur Catherine Lehmann, qui exerce avec le bonheur que l’on connaît l’anesthésie en chirurgie hépatique, a suivi la même voie.

Les échanges s’orientèrent ensuite vers le Baylor College of Medicine de Houston au Texas où je fus le premier à passer une année dans le service du professeur DeBakey.

L’enseignement de l’anesthésie qu’il mit en place à Strasbourg par le professeur Gauthier-Lafaye, directement inspiré de celui de Boston, impliquait un contrôle trimestriel des acquis et bien avant l’heure, des réunions dites de complications préfigurant les actuelles RMM. Il instaura l’édition et la mise à jour constante des conduites à tenir qui donnèrent en 1989 un précis d’anesthésie. Aux 14 livres qu’il édita, il rajouta une autobiographie dont je viens de vous livrer quelques bribes.

L’exemple d’un tel homme ne pouvait manquer de susciter l’admiration et des vocations. Parmi les nombreux professeurs d’anesthésie issus de l’école de Strasbourg, j’aimerai citer en particulier Jean-Pierre Haberer, Mme Krivosic-Horber, Pierre Schoeffler, Jean-Pierre Dupeyron, Thierry Pottecher, Jean-Claude Otteni, André Muller, Annick Steib.

En 1982, le professeur Gauthier-Lafaye prit sa retraite. Il rejoignit Biarritz où il fut adjoint délégué au maire. Après cette période il se retira à Bayonne et nous quitta le 10 mars 2016 dans sa 95e année.

Sa perte nous prive d’un homme, au trajet fascinant et nous laisse le très exigent modèle d’un grand patron qui sut créer de toutes pièces et à de nombreuses reprises, des structures efficaces pour les patients et épanouissantes pour ses collaborateurs.

Nous garderons pour sa bienveillance et son humanité une reconnaissance indéfectible

24/07/2016

Gueules cassées: Albéric Pont, un lyonnais oublié

Avec la guerre moderne : les blessés de la face ou «gueules cassées»

Source: Archives municipales de Lyon

 

Avec le passage à une guerre de tranchée et à cause de la modernisation de l’armement, le corps médical assiste à l’émergence d’une blessure que l’on ne connaissait jusqu'alors pas à grande échelle : la blessure faciale (près de 14 % des blessés de guerre seront concernés au cours des quatre années du conflit).

Les fusils, les obus, les lance-flammes provoquent des dégâts considérables. Les blessures dues aux balles sont plutôt du type fracture, en revanche les éclats d’obus provoquent des blessures plus difficiles à traiter car il y a alors perte de substances (peau, muscles, os …).

 
Les évacués
 "Evacués",
Aquarelle de Fargeot, éditée par l'Union des Mutilés, Lyon, 1914-1918.
4FI 4932
 

Après l’impact, c’est un long calvaire qui débute pour les blessés de la face. Sur le champ de bataille, ils sont parfois laissés pour morts, les brancardiers pensant que les blessures au visage condamnent le soldat. Et le blessé ne peut plus crier...

L’évacuation est aussi une expérience traumatisante, les blessés mettent plusieurs heures, voire plusieurs jours avant d’atteindre un premier poste de secours, puis un hôpital de l’arrière.

Ce type de blessures étant très spécifique, il apparait rapidement indispensable de mettre en place des centres spécialisés. Ainsi, la Direction du Service de Santé organise, dans chacune des régions militaires du territoire, des services spéciaux d’ophtalmologie, d’oto-rhino-laryngologie, de prothèse maxillo-faciale, d’orthopédie …

Les techniques aussi doivent évoluer. La complexité des blessures conduit les chirurgiens à inventer de nouveaux procédés et à développer des techniques de chirurgie réparatrice pour remplacer l’os (greffes) et les tissus mous (plasties locales) mais cela ne suffit pas toujours. Il faut alors avoir recours à des prothèses pour masquer les pertes de substance. Dans ce travail, les chirurgiens, qu’ils soient généralistes, ORL, stomatologistes ou ophtalmologistes, sont grandement aidés par les chirurgiens-dentistes et les prothésistes dentaires.

En région lyonnaise, qui correspond à la 14ème région militaire, c’est Albéric Pont qui prend la tête du centre maxillo-facial tandis qu’Etienne Rollet dirige le Centre national d'ophtalmologie.
 

Lyon, ville-hôpital

Dès le début de la guerre, Lyon devient une place hospitalière importante où se retrouvent des milliers de blessés et de convalescents. On trouve ainsi, dès la fin de l’année 1914, plus d’une centaine d’hôpitaux qui relèvent de différentes tutelles : autorité militaire, municipalité, Hospices Civils de Lyon (HCL), Croix-Rouge, sociétés de bienfaisance ou encore d’initiatives privées.

Les soldats blessés arrivent par wagons entiers puis sont dirigés vers les services médicaux adaptés à leurs blessures. Le corps médical lyonnais traite toutes les blessures mais il est surtout reconnu pour la chirurgie maxillo-faciale qui s’y développe dès l’automne 1914.

 

Le centre maxillo-facial pour les mutilés de la face du Dr Albéric Pont

Au début de la guerre, Albéric Pont (1870-1960) est un dentiste lyonnais âgé de 44 ans. Par patriotisme il s’engage dans le conflit et occupe la fonction d’infirmier 2ème classe à la gare de Perrache.

L’Ecole dentaire, située sur l’actuel quai Victor Augagneur (3ème arr.), étant quasiment désaffectée à ce moment là, il envisage de la transformer en un centre de soins pour les blessés de la face. Au début, il ne dispose que d’une salle de soins sans aménagements particuliers et ne soigne que des malades ambulatoires. Mais avec l’aide de sa femme et de donateurs, il met sur pied un hôpital qui fonctionne comme une fondation libre, même s’il reçoit une petite contribution des HCL. Ce premier centre maxillo-facial pour les mutilés est officiellement créé le 15 septembre 1914 après autorisation de l'Ecole dentaire et de l'Administration des HCL.

Devant l’afflux massif de patients, les HCL lui confient, dès le mois d’octobre, un service de 100 lits situé dans le 5ème arrondissement de Lyon dans les locaux de l’école des Minimes alors transformée en hôpital militaire. Rapidement un nouveau centre de chirurgie maxillo-faciale d’une capacité de 250 lits est créé quai Jayr (9ème arr.) dans les locaux d’un groupe scolaire mis à sa disposition par les autorités militaires. Les locaux étant vides, Albéric Pont doit les équiper lui-même. Il réussit à le faire grâce à de nombreux dons, notamment ceux de la famille Gillet. Ce centre est encore complété d’hôpitaux auxiliaires (la Ferrandière, Fontaines-sur-Saône, Neuville-sur-Saône…)

Dès le 10 novembre 1914 une circulaire ministérielle charge Albéric Pont d’organiser et de diriger les services de stomatologie et de prothèse maxillo-faciale en région lyonnaise. Le centre interrégional de Lyon prend sa forme définitive à la fin de l’année 1915 avec une capacité totale de 800 lits, capacité portée à 850 lits en 1917.

Pendant cette période, l’Ecole dentaire devient un centre d’appareillage fabriquant les prothèses maxillo-faciales pour ces hôpitaux.

Sur toute la durée de la guerre se sont près de 7 000 blessés qui passent par ces centres et retrouvent un visage grâce à Albéric Pont et à ses équipes.

 

Albéric Pont, un pionnier

Au début de la guerre, le service de santé de l’armée française n’est pas préparé à faire face à des lésions d’une telle gravité. Il manque de matériel adapté. Face aux dégâts constatés, Albéric Pont met au point une trousse d’urgence à utiliser immédiatement sur le front pour immobiliser les mâchoires fracturées dès la prise en charge du blessé. En complément des prothèses en céramique, vulcanite ou celluloïd, souvent lourdes et pas toujours esthétiques, il met au point une pâte spéciale pour confectionner des prothèses de nez et d'oreilles à partir de moulages. Cette pâte, facile à modeler, donne un résultat esthétique satisfaisant.

 
 
 
 

| Tags : maxillo

06/04/2016

Mèdecine de guerre: Histoire US

Treatment of War Wounds. A Historical Review

Clin Orthop Relat Res (2009) 467:2168–2191

 

The treatment of war wounds is an ancient art, constantly refined to reflect improvements in weapons technology, transportation, antiseptic practices, and surgical techniques. Throughout most of the history of warfare, more soldiers died from disease than combat wounds, and misconceptions
regarding the best timing and mode of treatment for injuries often resulted in more harm than good. Since the 19th century, mortality from war wounds steadily decreased as surgeons on all sides of conflicts developed systems for rapidly moving the wounded from the battlefield to frontline hospitals where surgical care is delivered. We review the most important trends in US and Western military trauma management over two centuries, including the shift from primary to delayed closure in wound management, refinement of amputation techniques, advances in evacuation philosophy and technology, the development of antiseptic practices, and the use of antibiotics.We also discuss how the lessons of history are reflected in contemporary US practices in Iraq and Afghanistan

05/10/2015

Médecine militaire au Mexique

 

GuerreMexique.jpg

Clic sur l'image pour accéder au document

04/10/2015

Percy: Les premières antennes chirurgicales

"Il fut le père des chirurgiens militaires"

Antoine-Jean_Gros_-_Napoleon_on_the_Battlefield_of_Eylau_-1807+wiki.jpg

 Accéder à sa biographie

"…Allez où la Patrie et l'Humanité vous appellent soyez y toujours prêts à servir l'une et l'autre et s'il le faut imiter ceux de vos généreux compagnons qui au même poste sont morts martyrs de ce dévouement intrépide et magnanime qui est le véritable acte de Foi des hommes de notre État." 

Journal des campagnes du baron Percy, chirurgien en chef de la grande armée

Paré: le 1er chirurgien du champ de bataille

Ambroise Paré: "Je le pansay, Dieu le guarist"

Celui qui ligatura le premier les artèresjosep-or-jose-planella-coromina-ambroise-pare-who-introduced-the-ligature-of-arteries.jpg 

Accéder à sa biographie

 

Dix livres de chirurgie et le magasin des instruments nécessaires à icelle

03/10/2015

Larrey: De la marine royale à la garde impériale

Une des grandes figures de la médecine militaire, précurseur de la médecine de l'avant et préhospitalière

220px-Anne-Louis_Girodet-Trioson_005.jpg

Clic sur l'image pour accéder à sa biographie

" Larrey est le plus honnête homme et le meilleur ami du soldat que j'aie jamais connu. Vigilant dans l'exercice de sa profession, on a vu Larrey sur le champ de bataille, après une action, accompagné d'une troupe de jeunes chirurgiens, s'efforçant de découvrir quelques signes de vie dans les corps étendus sur la terre. On trouvait Larrey, dans la saison la plus dure, à toutes les heures du jour et de la nuit, au milieu des blessés ; il permettait à peine un moment de repos à ses aides, et il les tenait continuellement à leurs postes. Il tourmentait les généraux, et allait les éveiller pendant la nuit, toutes les fois qu'il avait besoin de fournitures ou de secours pour les blessés ou les malades. Tout le monde le craignait, parce qu'on savait qu'il viendrait sur-le-champ se plaindre à moi. Il ne faisait la cour à personne, et il était l'ennemi implacable des fournisseurs"

 Dominique LARREY (1766-1842), Chirurgien militaire - Baron d'Empire. Des misères des batailles aux ors des palais

Mémoires De Chirurgie Militaire, Et Campagnes

Le chirurgien Larrey en Russie, la vertu à l'épreuve de la débâcle de 1812 ?

  •  

26/09/2015

La guerre de Crimée: Le rapport de Baudens

 

Guerre de crimée.jpg

Clic sur l'image pour accéder au document

Un écrit où tout est dit. Ce document doit être considéré comme étant fondateur de la médecine de guerre de sa pratique, de son évaluation et de son enseignement. Un vision éminemment moderne et très actuelle. Un écrit majeur par un homme que nous avons oublié.

Petit passage savoureux: 

Sur un champ de bataille, la variété et la multiplicité des projectiles, le jeu de la mitraille, produisent à chaque instant un ensemble imprévu de blessures plus affreuses les unes que les autres. Ici plus de règles tracées, tout est à impro viser ; il faut s'ingénier vite et bien pour arrêter la vie, qui s'échappe à travers la plaie. Sur ce théâtre sanglant, il ne suffit pas d'être savant, il faut de plus posséder un coup d'oeil rapide, une intelligence prompte et toujours en éveil. C'est ce génie instinctif, si précieux, si nécessaire, que je voudrais voir développer, à l'école du Val de Grâce, parmi les stagiaires qui doivent peupler, le corps de santé de l'armée.

21/09/2015

Dominique Larrey

200px-Anne-Louis_Girodet-Trioson_005.jpg

Accéder au document

 

20/09/2015

Lucien Jean Baptiste Baudens

lamprebaudens.jpg

Accéder au document

Gaspard Léonard Scrive

rigo+inkerman+full968.jpg

Accéder au document

31/01/2015

Eugène Chassaing

DrChassaing002.jpg

Clic sur l'image pour accéder à sa vie et ici pour des photos personnelles

Marie Marvingt

 Marie_Marvingt_by_Emile_Friant_1914.jpg

Clic sur l'image pour accéder à son histoire  Ici pour un article de presse