Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2017

Numéro Spécial SSA

ar.jpg

Clic sur l'image pour accéder au sommaire

21/01/2017

Coagulopathie: Fibrinogène avant PLyo, mais les 2 et + tôt ?

Tactical damage control resuscitation in austere military environments.
 
 
-----------------------------------
Un sujet très débattu. Mais il semble bien que l'apport de fibrinogène doive être envisagé très précocément, en association au PLyo dont les caractéristiques poids/volume/concentration ne sont pas optimales pour toutes les situations de combat débarqué. En effet l'apport précoce d'au moins 3g  de fibrinogène ne peut pas être assuré par un PLYO (il en faut au moins 6). Ce niveau de supplémentation pourrait être approché par un flacon de fibrinogène, lors de la phase de combat débarqué, suivi par un ou deux PLYo qui peut être pensé pendant la phase de MEDEVAC. Une telle approche est conforme aux recommandations européennes en la matière (1). Une autre voie, de recherche, est de recourir à des PLyo plus concentrés (2,3), des plaquettes lyophylisées (4,5), ou des solutés spécifiques (6). On rapelle qu' l'intérêt du PLyo ne se limite pas à l'apport de fractions coagulantes mais aussi à l'apport d'un ensemble de substrats notamment protéique qui améliore la dysfonction endothéliale traumatique (7).
-----------------------------------

Despite the early uses of tourniquets and haemostatic dressings, blood loss still accounts for the vast majority of preventable deaths on the battlefield. Over the last few years, progress has been made in the management of such injuries, especially with the use of damage control resuscitation concepts. The early application of these procedures, on the field, may constitute the best opportunity to improve survival from combat injury during remote operations.

DATA SOURCES:

Currently available literature relating to trauma-induced coagulopathy treatment and far-forward transfusion was identified by searches of electronic databases. The level of evidence and methodology of the research were reviewed for each article. The appropriateness for field utilisation of each medication was then discussed to take into account the characteristics of remote military operations.

CONCLUSIONS:

In tactical situations, in association with haemostatic procedures (tourniquet, suture, etc), tranexamic acid should be the first medication used according to the current guidelines. The use of fibrinogen concentrate should also be considered for patients in haemorrhagic shock, especially if point-of-care (POC) testing of haemostasis or shock severity is available. If POC evaluation is not available, it seems reasonable to still administer this treatment after clinical assessment, particularly if the evacuation is delayed. In this situation, lyophilised plasma may also be given as a resuscitation fluid while respecting permissive hypotension. Whole blood transfusion in the field deserves special attention.

coagulopathie,transfusion

In addition to the aforementioned treatments, if the field care is prolonged, whole blood transfusion must be considered if it does not delay the evacuation

18/01/2017

MEDEVAC de la BSS: En gros que fait on ?

Forward medevac during Serval and Barkhane operations in Sahel: A registry study.

Carfantan C, et Al. Injury. 2017 Jan;48(1):58-63.

-----------------------------------

Une activité particulièrement sensible dont la lecture permet de comprendre toute la complexité de la prise en charge de nos soldats dans un contexte d'élongation majeure. On comprend également tous les enjeux de positionnement d'équipes sanitaires ayant la maîtrise de certaines pratiques avancées de réanimation préhospitalière.

-----------------------------------

 

INTRODUCTION:

The French army has been deployed in Mali since January 2013 with the Serval Operation and since July 2014 in the Sahel-Saharan Strip (SSS) with the Barkhane Operation where the distances (up to 1100km) can be very long. French Military Medical Service deploys an inclusive chain from the point of injury (POI) to hospital in France. A patient evacuation coordination cell (PECC) has been deployed since February 2013 to organise forward medical evacuation (MEDEVAC) in the area between the POI and three forward surgical units. The purpose of this work was to study the medical evacuation length and duration between the call for Medevac location accidents and forward surgical units (role 2) throughout the five million square kilometers French joint operation area.

MATERIALS AND METHODS:

Our retrospective study concerns the French patients evacuated by MEDEVAC from February 2013 to July 2016. The PECC register was analysed for patients' characteristics, NATO categorisation of gravity (Alpha, Bravo or Charlie who must be respectively at hospital facility within 90min, 4h or 24h), medical motive for MEDEVAC and the time line of each MEDEVAC (from operational commander request to entrance in role 2).

RESULTS:

A total of 1273 French military were evacuated from February to 2013 to July 2016; 533 forward MEDEVAC were analysed. 12,4% were Alpha, 28,1% Bravo, 59,5% Charlie. War-related injury represented 18,2% of MEDEVAC. The median time for Alpha category MEDEVAC patients was 145min [100-251], for Bravo category patients 205min [125-273] and 310min [156-669] for Charlie. The median distance from the point of injury to role 2 was 126km [90-285] for Alpha patients, 290km [120-455] km for Bravo and 290km [105-455] for Charlie.

CONCLUSIONS:

Patient evacuation in such a large area is a logistic and human challenge. Despite this, Bravo and Charlie patients were evacuated in NATO recommended time frame. However, due to distance, Alpha patients time frame was longer than this recommended by NATO organisation. That's where French doctrine with forward medical teams embedded in the platoons is relevant to mitigate this distance and time frame challenge.

| Tags : evasan

26/07/2015

Point sur le blessé cervico-facial de guerre

TruaCouBalist.jpg

Clic sur l'image pour accéder au document 

07/03/2015

Évacuations aéromédicales: Que fait le SSA, l'expertise africaine ?

Évacuations aéromédicales médicales militaires en Afrique entre 2001 et 2012 ; place du médecin urgentiste
V. Vitalis  et all. Abstract R572 SFAR 2014 http://dx.doi.org/10.1016/j.annfar.2014.07.629
 
 
Introduction 
 
Entre 2001 et 2012, 98 militaires furent évacués pour une raison médicale en urgence par le Service de Santé des Armées au départ de l’Afrique. L’objectif de cette étude était de recenser le type de pathologies médicales au sein de ces évacuations, les matériels et aéronefs utilisés et la place du médecin urgentiste à bord. 
 
Matériel et méthodes
 
Les données ont été recueillies à l’aide des dossiers médicaux constitués lors de chaque évacuation aérienne et analysées à l’aide du logiciel SPHINX®. Elles concernaient les patients les plus graves (55 % classés P1), évacués à partir d’avions Falcon.
 
Résultats
 
Les pathologies d’origine cardiovasculaire représentaient la 1re cause de MEDEVAC (30 patients, 30,6 %). 16 (53,3 %) présentaient un syndrome coronarien aigu et étaient âgés en moyenne de 46±6 ans. Au cours du vol de rapatriement, ¼ de ces patients ont présenté un évènement indésirable à type de troubles du rythme (ESV), d’hypotension artérielle et de désaturation (SpO2 < à 95 %). Les pathologies infectieuses représentaient la 2e cause d’évacuations (22 patients, 22,4 %). Les paludismes graves étaient au nombre de 6 dont 3 neuropaludismes. 50 % de ces paludismes ont été rapatriés intubés et ventilés. 10 patients infectieux (45,2 %) ont été rapatriés avec un diagnostic incertain et 4 avec une pathologie infectieuse non étiquetée. Les pathologies neurologiques représentaient la 3e cause d’évacuations (21 patients, 21,4 %). AVC, AIT ou hémorragie méningée constituaient 42,8 % des étiologies et 33 % de ces patients ont présenté un évènement indésirable en cours de vol. Il y eut au total, 22 évènements indésirables à bord liés à l’aggravation du patient (13,3 %), au contexte aéronautique, majoritairement des désaturations (7,1 %), lié à un problème technique, une erreur humaine ou à une thérapeutique (6,1 %). Aucun patient n’est décédé en vol.
 
Discussion 
 
Les pathologies médicales cardiovasculaires, infectieuses et neurologiques représentaient les causes principales d’évacuations (74,4 %) et corroborent les données observées dans le civil [1]. Les pathologies infectieuses non étiquetées posent problème vis-à-vis des règles internationales [2]. L’utilisation d’une bulle d’isolement est une alternative pour la prise en charge de ces patients. Le pourcentage élevé de survenue d’évènements indésirables en vol [3] justifie la présence systématique d’un médecin aéronautique compétent à la fois en urgence (patient de réanimation présentant des complications) et dans le domaine aéronautique (hypobarie, accélération, vibration. . .), entouré d’une convoyeuse de l’air, d’une IDE et renforcé le cas échéant d’un anesthésiste réanimateur.

20/01/2015

"Packer" les cous qui saignent

DamageCCervical.jpg

Clic sur l'image pour accéder au document

Le livre de l'EVDG

 Livre EVDG.jpg

Clic sur l'image pour accéder au document

 

19/11/2012

Hypothermie: Comparatif de couverture

La prévention d'une hypothermie est fondamentale en médecine de l'avant. Mais quel moyen utiliser ? Le travail présenté met en avant la performance de la couverture triple couche, de la ready heat mais aussi celle de l'association Couverture renforcée et Ready heat. Il met aussi en avant le risque de brûlure localisée avec la ready heat et celui de son délai d'action d'une trentaine de minutes.

hypothermie

hypothermie

Thèse Hypothermie.pdf

| Tags : hypothermie

04/10/2010

Registre santé Les premiers résultats

Les premiers résultats du registre santé des actes de sauvetagae au combat. 

REGISTRE Kapisa 2009.ppt

Soutien santé d'un GTIA

La réflexion d'une équipe présentée au CARUM 2010

Reflexions soutien GTIA Kapisa.ppt