Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2014

HEA: Peut être un peu de sérénité ?

Hydroxyethyl Starches: A Tale of Two Contexts: The Problem of Knowledge

Weiskopf R. Anesth Analg. 2014 Sep;119(3):509-13.

Un débat moins passionné est en train de se mettre en place au sujet de la toxicité des HES. Le texte proposé en est un exemple. Il propose une relecture pertinente des études 6S, CHEST et surtout CRISTAL qui d'une certaine façon remet en question les deux précédentes. Il nous demande de prendre en compte plusieurs éléments : La diversité des HES, les différences qui peuvent exister entre une administration répétée en réanimation et une administration ponctuelle péri-opératoire. Il s'appuie sur deux écrits publiés dans le même numéro.

Raghunathan K et all. (Intravenous Starches: Is Suspension the Best Solution?) suggèrent que les solutions colloïdes sont à réserver pour les hypovolémies aiguës alors que Irwin et all. (Volume Therapy with Hydroxyethyl Starches: Are We Throwing the Anesthesia Baby Out with the Intensive Care Unit Bathwater?) estiment que le recours aux HES 130/0.4 est pleinement justifié en environnement périopératoire

Cette démarche correspond au positionnement de la SFAR. Rappelons que la position actuelle des instances européennes est la suivante:

"  Les solutions à base d’HEA peuvent être utilisées pour la réanimation des patients avec une hypovolémie causée par une perte aiguë de sang, quand les alternatives comme la perfusion de cristalloïdes seuls sont insuffisantes. Afin de limiter les risques potentiels, les solutions contenant des HEA ne devront pas être utilisées plus de 24 heures et la fonction rénale devra être monitorée après administration des HEA "

 

| Tags : remplissage

Les commentaires sont fermés.