Google Analytics Alternative

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2010

Intubation préhospitalière: Histoire de lame

Un article d Jabre et all décrit de manière relativement précise le quotidien de l'intubation préhospitalière 

 

Out-of-Hospital Tracheal Intubation With Single-Use Versus Reusable Metal Laryngoscope Blades: A Multicenter Randomized Controlled Trial -  
doi:10.1016/j.annemergmed.2010.10.011

Cet article est très intéressant car il permet d'avoir une vision très claire de l'intubation telle qu'elle est réalisée en préhospitalier en France. L'objectif premier était de comparer l'intubation avec lame métallique réutilisable versus non réutilisable et de voir si il y avait une différence en matière d'intubation difficile. Ce n'est pas le cas. Parmi les autres intérêts de ce travail:

  1. l'intubation préhospitalière est réalisée essentiellement lors de la prise en charge d' arrêt cardiaque ou de coma. Le contexte traumatique n'est présent que dans 4% des cas. Ce qui ne correspond pas au contexte d'emploi militaire. Le contrôle des voies aériennes ayant pour objectif essentiel le maintien de la liberté des voies aériennes, puis leur protection contre l'inhalation et enfin la possibilité de réaliser une ventilation contrôlée si les autres paramètres techniques sont accessibles (matériel, oxygène, sédation)

    Jabre 1.JPG

    2. La taille de la lame utilisée est une taille 4. Le laryngoscope Truphatek Trulite en dotation est approvisionné en taille 3. Ceci a été jugé suffisant par un panel de praticiens, ce d'autant que les lames de tailles 4 sont aussi plus hautes et pas forcément toujours « insérables » dans la cavité buccale en cas de petite ouverture de bouche.

    3. Le recours à des techniques alternatives est prévu, ici le masque laryngé d'intubation qui est utilisé de manière exceptionnelle moins de 1% des cas, contrairement au mandrin d'eschmann/Frova.

     

     

    Jabre 2.JPG

    4. Parmi les complications immédiates, on constate la fréquence des hypotensions près de 10% et des intubations sélectives ou oesophagiennes également près de 10% des cas. Ces taux observés pour des équipes à priori entraînées illustrent bien que l'enjeu majeur de la médicalisation de l'avant dans le contexte actuel est de disposer de personnel ayant une pratique réelle de l'accès aux voies aériennes supérieures.

     

     

    Jabre 3.JPG


     

     

 

| Tags : intubation, airway

Les commentaires sont fermés.